RateBeer dans les serres d’AB-InBev

RateBeer; important site brassicole international faisant autorité pour ses bières dégustées et notées, a été racheté en partie par AB-InBev, le géant qui possède 30 % du marché mondial. Le pire, c’est que cette information, restée secrète depuis octobre 2016, n’a été révélée que le 2 juin dernier après une enquête minutieuse du magazine Good Beer Hunting. Après un tel rachat, quelle sera l’indépendance de RateBeer à l’avenir ? C’est la question que se posent de nombreux médias sociaux centrés sur la bière depuis cette révélation. A titre d’exemple, la Budweiser, fleuron d’AB-InBev, sera-t-elle toujours notée 0 dans le classement de RateBeer ? Le classement annuel publié par le site sera-t-il toujours aussi impartial ? Dans les premières réactions, à noter que des brasseries indépendantes comme Cantillon en Belgique et Dogfish Head (Etats-Unis) ont d’ores et déjà demandé à ne plus figurer dans le classement et sur le site de RateBeer, et appellent  les brasseurs indépendants à faire de même.

La boulimie d’AB-InBev – qui a pour emblème un aigle en plein vol – n’a plus de limites. Après le rachat de SAB-Miller qui l’a propulsé au premier rang mondial, le groupe, dont le siège est toujours en Belgique, mais qui est surtout dirigé par les Brésiliens, ne s’est pas contenté de s’en prendre à ses concurrents directs : achat de brasseries indépendantes (Goose Island, Camden Town, Wicke Weed, Bosteels, Birra del Borgo et bien d’autres), de distributeurs de bières (Saveur Bière et d’autres aux Etats-Unis), de fournisseurs de matériels et ingrédients (Northern Brewer) notamment dans le houblon et le malt. Il est même très présent dans les réseaux sociaux et le numérique, histoire sans doute d’influencer la communauté des passionnés de bière.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *