Unibroue revient en France

Après sept ans d’absence sur le marché français, les bières québécoises d’Unibroue sont de nouveau importées grâce à la société Kanata de Quimper, spécialisée dans les produits canadiens. Créée en 1992 par André Dion et Serge Racine, Unibroue a été l’une des pionnières de la renaissance de la brasserie artisanale au Québec, grâce à sa Blanche de Chambly, puis la Maudite, la Fin du Monde, la Trois Pistoles, et quelques autres. Robert Charlebois, qui avait découvert la bière de qualité en Belgique, s’en était fait l’ardent promoteur. Mais le développement rapide d’Unibroue s’est par la suite ralenti, en raison de l’étroitesse du marché québécois et de la difficulté d’exporter aux Etats-Unis en raison de taxes excessives. En 2004, la brasserie finit par être vendue à l’anglo-saxonne Sleeman (Ontario) et, en 2010, l’exportation vers l’Europe est arrêtée, les efforts de Karlsbräu France n’ayant pas permis un vrai développement des ventes. Toutefois, Unibroue a poursuivi ses activités, et se tourne à nouveau vers l’international, sans doute portée par le succès de la deuxième génération des brasseries artisanales québécoises, comme Trou du Diable, l’Alchimiste ou Lac St Jean. Kanata a donc annoncé qu’elle était désormais importateur et distributeur en France des bières Unibroue, ansi que celles d’autres brasseries de la Belle Province et de spiritueux, comme les vins et alcools de glace.

Unibroue s’était fait connaître notamment grâce aux noms innovants de ses bières, qui tranchaient par rapport à la concurrence. Lorsque j’ai rencontré Robert Charlebois lors d’un salon Eurobière, la loi Evin venait d’imposer la mention « A boire avec modération » sur toutes les publicités. Découvrant cela, le chanteur s’est exclamé : « Avec Unibroue, on va faire une bière qui s’appellera « Avec Modération »… Comme ça, tous les autres brasseurs nous feront de la pub… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *