WBA 2017 : combien de brasseries françaises récompensées ?

Le 10 août dernier à Londres, les Word Beer Awards ont été décernés dans ce concours réunissant plus de 1 900 bières venant de 36 pays, avec notamment l’émergence du Brésil. La France figure depuis plusieurs années déjà à ce palmarès, l’un des plus importants dans le monde de la bière avec la Wolrd Cup américaine. Il y avait cette année 72 styles répertoriés, donnant lieu pour chacun à un vainqueur mondial, et un seul brasseur français est présent dans ce classement suprême : la brasserie Rivière d’Ain (01) avec la Thou dans le style Seasonal (Saisonnière), qui a d’ailleurs déjà été primée dans ce concours depuis plusieurs années. L’ultime classement, couronnant les bières de huit styles seulement, sera communiqué le 21 septembre prochain.

Dans chacun des styles, il y a un palmarès par pays, qui distingue la meilleure bière du pays en question, et peut accorder aussi des médailles d’or ou d’argent. Il s’agit donc de concours « nationaux » en réalité et en ce qui concerne la France, 31 brasseries sont récompensées, parfois par plusieurs médailles. C’est mieux que par le passé, encore qu’on ignore le nombre de celles qui ont participé.

Dans son communiqué annonçant les résultats, Brasseurs De France ne mentionne pourtant que 17 brasseries, à savoir Ardwen, Britt, les Cîmes, Duyck, Galibier, Meteor, Rivière d’Ain, les Sources, Vézelay, Brasseurs Savoyards, Castelain, Crazy Hops, Frogbeer, Goudale, Mont-Blanc, Rouget de Lisle et Vexin. Les quatorze autres ont sans doute le « défaut » de ne pas appartenir à l’organisation professionnelle, à savoir Alaryk (Béziers), Brasseurs de Lorraine (tients, tiens) Burdigalia (Arcachon), Cap d’Ona (4 médailles tout de même), De Sutter (Gisors), Georges (Lyon), La Trop, Maddam (Chablis), Mandrin, Mira (Arcachon), PVL, Starck, Superbe (Biarritz), et Terenez (Bout du Monde). Ils sont pourtant bien brasseurs en France, que l’on sache… A titre personnel, je trouve ça franchement mesquin et sectaire de la part de l’organisation professionnelle qui affirme représenter 95 % de la production nationale. Faut-il comprendre que le reste ne vaut rien ? Ce n’est pas l’avis des WBA en tout cas.

2 Commentaires

  1. Thomas

    Ce concours n’est qu’une supercherie commerciale destinée à distribuer à tour de bras des médailles.
    On ne sait rien du nombre de médaillés par catégorie. Une donnée qui n’est pas communiquée pour ne pas montrer la non légitimité des médailles décernées et permettre à de nombreux brasseurs de s’acheter une médaille.
    Bref, il est bien préférable d’ignorer les résultats de ce concours d’après moi.

    Répondre
    1. Gilbert DELOS (Auteur de l'article)

      Il est vrai que ce concours est particulièrement opaque… De ce fait, sa valeur est toute relative, mais, comme c’est pareil pour les autres, difficile de l’ignorer aussi..

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *