La CTB veut des tonneaux

La Compagnie Tourangelle de Bière lance une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule, afin de financer l’acquisition de véritables barriques (228L) avant le 13 octobre prochain.

Créée en 2016, la Compagnie Tourangelle de Bière (CTB) est construite sur la conviction que la révolution de la bière artisanale passera par la table. Persuadés que les bières vieillies en barrique et les bières issues de fermentation spontanée sont les plus propices aux accords mets & bières, les deux brasseurs ligériens de la CTB vont se doter de barriques de vin et autres alcools, destinées à concrétiser un travail de plusieurs mois qui donnera naissance à des bières aux expressions singulières et intenses : Vin d’Orge, Imperial Stout, IPA 100% Brettanomyces…

Ce travail de longue haleine s’intègre dans une démarche plus globale visant à mettre au cœur de la démarche de la CTB, deux acteurs locaux :

Les vignerons : afin de brasser en collaboration avec eux des bières inspirées et marquées par notre terroir (barriques de Chenin, brassage avec du moût de raisin, fermentation sauvage…)

Les restaurateurs : afin d’imaginer et élaborer ensemble des bières spécialement conçues pour accompagner leurs créations gastronomiques.

Une ambition encouragée par les collaborations d’ores et déjà engagées avec des chefs (Christophe Canati, Olivier Arlot, Tony Delarue…) et des vignerons (Peter Hahn – Vouvray) et qui permettent à la CTB de participer à la renaissance de la bière dans tous les moments de convivialité, et particulièrement sur les tables françaises.

La campagne de financement sera rythmée par deux rendez-vous de rencontres & dégustations, soit le vendredi 15/09 (18h-20h) : Triple Hop à Saint-Pierre-des-Corps et le vendredi 29/09 (19h-21h) : Ô Lieu DitVin à Tours, ainsi que par un brassage public chez le vigneron Peter Hahn lors des vendanges, entre le 18 et le 30 septembre.

Contact : Compagnie Tourangelle de Bière (Montlouis-sur-Loire – 37). info@biere-artisanale-ctb.fr

 

2 Commentaires

  1. Gauger

    Quand j’ai démarré à la brasserie Fischer en 1969 nous utilisions encore des tonneaux en bois.mais l’intérieur était revêtus de pois type paraffine. Il ne fallait pas que la bière soit en contact avec le bois

    Répondre
    1. Gilbert DELOS (Auteur de l'article)

      Oui, on a oublié que les brasseurs d’autrefois évitaient tout contact entre leurs bières et le fût, craignant les infections. Les seules exceptions – à ma connaissance – étaient quelques brasseurs belges, pour les lambics ou les brunes flamandes type Rodenbach, qui eux recherchaient les échanges entre le contenu et le contenant.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *