Le Salon du Brasseur quitte St-Nicolas-de-Port pour Nancy

La 22ème édition du Salon du Brasseur, en avril prochain, ne se déroulera pas à Saint-Nicolas-de-Port, comme depuis sa création, mais au Parc des Expositions de Nancy, suite à une convention passée entre Benoît Taveneaux, président du Musée Français de la Brasserie, créateur du Salon, et Arnaud Wigniolle, directeur des Salons du Grand Nancy. C’est un fait que ce salon unique en France était depuis quelques années victime de son succès auprès des fournisseurs et équipementiers de la profession. Malgré la réduction de la taille des stands, l’utilisation de deux chapiteaux (au détriment du parking), le gymnase de Saint-Nicolas-de-Port avait de plus en plus de mal à satisfaire la demande, alors que la manifestation recevait 5 000 visiteurs en deux jours. Comme la rumeur en a circulé dernièrement, le risque était qu’un autre salon similaire s’installe ailleurs, notamment à Paris, échappant ainsi à la Lorraine.

Le prochain salon se tiendra donc du 13 au 15 avril dans le hall A du parc des expositions de Nancy, réunissant en même temps la manifestation pour les professionnels, et le marché des bières et des saveurs destiné au grand public. Est envisagé en outre la création d’une Fête de la brasserie, le 14 avril, et d’un cash & carry permettant aux brasseurs de stocker leurs bières hors du hall. Autres atouts du site nancéen : un grand parking, des espaces pouvant accueillir des équipements volumineux, le restaurant du parc et des navettes. Mais Benoît Taveneaux entend bien maintenir l’esprit originel de la manifestation, a-t-il déclaré à L’Est Républicain : « le salon reste la propriété de l’association du musée de Saint-Nicolas-de-Port, les liens ne seront jamais coupés, et la synergie entre les deux entités sera maintenue ».

2 Commentaires

  1. Patrick Gauger

    « Les liens ne seront jamais coupés, » Evitons ce genre de propos.
    Les organisateurs d’Eurobière (Strasbourg) à l’époque nous assuraient la pérennité de leur manifestation.
    « Fontaine, jamais je ne boirais de ton eau. »
    Parfois la soif nous oblige à….
    Longue vie au Salon du Brasseur.

    Répondre
    1. Gilbert DELOS (Auteur de l'article)

      Au moins, l’engagement est pris. Mais qui sait, bien sûr, de quoi l’avenir sera fait.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *