A qui appartient la bière « Girelle » ?

Ce petit poisson assez courant en Méditerranée fait l’objet d’un conflit entre une brasserie artisanale de Toulon et Heineken France… pas moins ! La brasserie de La Rade a été créée à la mi-2015 à Toulon par deux amis d’enfance, qui annoncent à l’automne que leur première bière, une blonde, s’appellera la Girelle, les autres devant porter les noms de Rascasse, Daurade, Murène, car les deux brasseurs veulent valoriser la protection de la nature et leur ancrage méditerranéen. Mais, dans la foulée, ils apprennent que Heineken France vient de déposer la marque « Girelle ». La directrice de la communication du groupe précise que  : « nous déployons depuis plusieurs années un portefeuille de marques régionales comme par exemple La Phénicienne, Pélican, Ancre ou encore Fischer. Le dépôt de la marque La Girelle s’est fait dans ce cadre. ».

Vont s’ensuivre plusieurs mois de négociations entre les deux brasseries. Pour les brasseurs toulonnais, « nous espérions que la société Heineken abandonne le nom, car nous ne comprenons pas encore aujourd’hui l’intérêt du dépôt ». Mais, il y a quelques jours, face à la menace d’un procès, selon les brasseurs toulonnais, ils préfèrent abandonner le nom Girelle et rebaptise leur blonde « Censurée », et le font savoir dans la presse locale et les réseaux sociaux.

Chez Heineken, la réaction est bien différente : « il nous a semblé souhaitable d’initier un dialogue avec la brasserie de la Rade de manière à clarifier l’usage de la marque La Girelle. Malheureusement, nos tentatives de rapprochement n’ont pas abouti et nous avons la surprise aujourd’hui d’apprendre par voie de presse que la Brasserie de la Rade abandonne sa marque ‘Girelle’. Heineken privilégie toujours une issue amiable et nous restons disposés à une rencontre comme cela a été proposé à la brasserie de la Rade, proposition restée sans réponse à ce stade. »

Bref, le litige semble clos dans cette histoire réunissant petits et gros poissons de la bière…

2 Commentaires

  1. Maxime Prigent

    Le fait de répliquer en changeant le nom par « Censurée » c’est pas trop mal mais espérons qu’à terme une négociation sera rouverte pour que cette brasserie puisse reprendre ce nom.

    Répondre
    1. Gilbert DELOS (Auteur de l'article)

      L’affaire semble « régler » aux dernières nouvelles, avec l’abandon du nom par la Brasserie de la Rade…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *