Avec Nobow, Mandrin brise ses codes

Fondée en 2002 par Vincent Gachet, la Fabrique Mandrin (officiellement la brasserie du Dauphiné) avait certes choisi pour marque le célèbre contrebandier du 18ème siècle, mais ses bières étaient au départ plutôt consensuelles. S’ancrant dans le terroir isérois, elles sont aromatisées à la noix (emblématique du Dauphiné), au miel, au sapin, voire aux 7 plantes de la Chartreuse… mais guère d’amertume houblonnée. Avec les 5 références de sa nouvelle gamme Nobow, le contraste est saisissant, puisque on y trouve deux IPA (dont une aux fruits exotiques), une fumée au seigle, un Imperial Stout et une ambrée où ont macéré des copeaux de chêne ayant séjourné dans de l’eau-de-vie de bière ! Le tout présenté avec des noms uniquement anglo-saxons : Into the Wild, Exotic Session, Black Queen, Smoke King et Oak Spirit. Des bières typées et puissantes en goût… mais sans trop d’exagération non plus ! Le Dauphiné, ce n’est tout de même pas la Californie…

Par ailleurs, la nouvelle gamme Des Alpes vient compléter l’ensemble de la production de Mandrin, avec des bières visant avant tout la désaltération, avec moins de 5° d’alcool, comprenant une blonde, une blanche, une rousse et une verte à la liqueur de Chartreuse. Le tout devant booster les ventes de la brasserie qui, après de gros investissements en 2017 et cette année encore, entend dépasser rapidement le cap des 5 000 hl.

2 Commentaires

  1. Patrick Gauger

    A force de vouloir rompre avec les codes, on fini de n’avoir plus aucun code avec la bière.
    Et de rompre avec sa clientèle.

    Répondre
    1. Gilbert DELOS (Auteur de l'article)

      L’avenir le dira, bien sûr. Mais la stagnation menace aussi les brasseries qui ne répondent pas aux nouvelles demandes…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *