WBA : Dremwel, Goudale et Frogbeer au pinacle

Le palmarès 2018 des World Beer Awards, un des principaux concours mondiaux avec la World Cup, a distingué trois bières françaises, considérées comme les meilleures du monde dans leur catégorie. Il s’agit de la Gwiniz Du de Dremwel (brasserie de Bretagne) pour les bières de spécialité sans gluten ; de la Goudale de Noël pour les pale beer season ; et la Thawack ! de FrogBeer pour les Black IPA. A noter que c’est la deuxième fois que la Thawack ! remporte cette distinction.

Mais il faut tout de même relativiser un peu ce succès, car cette année, le concours comportait pas moins de 85 catégories différentes ! C’est dire s’il y a au palmarès beaucoup plus de brasseries allemandes (14), belges (13), voire brésiliennes (8) alors que de celles des Etats-Unis font plutôt pâle figure par rapport à d’autres concours avec trois récompenses… comme pour la France !

Il faut savoir que les WBA représentent au moins deux concours : le mondial, et un autre par pays, et ce toujours pour l’ensemble des catégories. Ce qui entraîne un certain détournement par de nombreux brasseurs, voire leurs organisations professionnelles. Car, dans ce cas, les bières  d’un même pays sont jugées entre elles, et non pas par rapport à l’ensemble des pays qui participent au concours. Cela donne des communiqués plutôt « cocorico », pour ne pas dire chauvins, où l’on met en valeur l’excellence française… au travers d’un concours uniquement français.

S’ajoute à cela la petite guéguerre maintenant routinière entre BDF (Brasseurs de France) et SNBI (Syndicat National des Brasseurs Indépendants) qui publient chacun leur palmarès français… mais qui n’est pas identique ! BDF mentionne 20 brasseries lauréates, car cette organisation ne tient compte que de ses adhérents. Le SNBI, lui, en relève 28, souvent les mêmes d’ailleurs.

Mais, pour ma part, j’en ai compté exactement 32 ! En voici la liste, avec le nombre de médailles remportées : Alaryk, Ardwen (2), Brasserie de Bretagne (3), Brasserie des Cimes (4), Brasserie des Cuves (2), Brasserie du Bout du Monde (3), Brasserie du Pays Basque, Brasserie du Vexin, Brasserie Lilloise (2), Brasseurs de Lorraine (2), Brasseurs Savoyards (5), Burdigala (3), Cap d’Ona (8), Castelain (5), De Sutter (4), Duchmann, Duyck (2), FrogBeer (4), Georges, Goudale (5), Kronenbourg (4), La Brasserie Fondamentale (2), Lancelot (4), Maddam, Meteor (5), Mira (5), Mont Blanc (5), Moulins d’Ascq (3), Ninkasi (3), Pietra, Rivière d’Ain, Vézelay (3).

Allez y comprendre quelque chose.

La Thawack ! de FrogBeer, couronnée pour la deuxième fois aux WBA.

5 Commentaires

  1. Drouin Jean-Francois

    Bonjour,
    En tant que président du SNBI, je me permets juste de rappeler que notre organisation professionnelle a pour objet la représentation et la défense des brasseurs indépendants, et uniquement des brasseurs indépendants.

    Il faudra s’habituer à considérer que le paysage brassicole français comporte désormais 2 syndicats professionnels qui défendent des intérêts différents. Le SNBI ne considère pas être en « guéguerre » : notre communication sur le WBA en est une preuve, le SNBI a listé l’ensemble des 28 brasseurs indépendants qui ont obtenu une récompense, qu’ils soient adhérents ou non à notre syndicat.

    Répondre
    1. Webmaster BiereDelos (Auteur de l'article)

      Effectivement, les brasseurs récompensés par les WBA qu’a liste le SNBI ne sont pas forcément adhérents de ce syndicat. Toutefois, ne figurent pas dans cette liste des brasseries pourtant récompensées par le concours, telles FrogBeer, Goudale et Meteor. Ne sont-elles pas indépendantes ???

      Répondre
      1. Maxime Prigent

        Etrange en effet …

        Répondre
      2. Jean-François DROUIN

        En tant que président du SNBI, je me permets juste de rappeler que notre organisation professionnelle a pour objet la représentation et la défense des brasseurs indépendants, et uniquement des brasseurs indépendants.
        Les 3 brasseries citées ne sont pas indépendantes : ni au regard des statuts du SNBi, ni au regard de code des impôts. Ceci explique donc cela.
        Il faudra s’habituer à considérer que le paysage brassicole français comporte désormais 2 syndicats professionnels qui défendent des intérêts différents. Le SNBI ne considère pas être en « guéguerre » : notre communication sur le WBA en est une preuve, le SNBI a listé l’ensemble des 28 brasseurs indépendants qui ont obtenu une récompense, qu’ils soient adhérents ou non à notre syndicat.
        Cordialement

        Répondre
      3. Jean-François DROUIN

        Non elles ne sont pas indépendantes, ni vis-à-vis des statuts du SNBI, ni au regard du code général des impôts. Ceci explique donc cela.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.