Résurrection du Tigre à Strasbourg

D’ici un mois, va s’ouvrir à Strasbourg un grand bar-restaurant-brasserie à l’enseigne du Tigre. Un nom bien connu encore de nombreux habitants de la ville, car ce fut tout autant une marque de bière très en vogue jusqu’en 1945 qu’un établissement important, le plus grand de l’Est de la France dans l’Entre-deux-guerres. Offrant plus de quatre cent places dans différents espaces, le nouveau Tigre est également une brasserie, car plusieurs déclinaisons de la marque Tigre Bock y seront élaborées sous le contrôle de Kronenbourg.

Cette résurrection découle d’une conjonction – fortuite mais fort bienvenue – entre Geoffroy Lebold, le gérant qui a eu l’idée de redonner vie à ce lieu mythique, et les dirigeants de Kronenbourg qui ont relancé leur ancienne marque à partir de 2015. L’ancien établissement ouvert en 1922 par Maurice Hatt était devenu à partir de 1964 un restaurant universitaire géré par le CROUS pendant 50 ans avant d’être fermé. Situé à quelques centaines de mètres de la gare, le bâtiment est resté inoccupé jusqu’à sa reprise en 2016 par Geoffroy Lebold et ses associés pour lui redonner tout son lustre d’antan grâce plus de 3,2 millions d’euros de travaux.

Quant à la bière, la solution imaginée par Kronenbourg est franchement inédite, en France voire en Europe au moins. A Obernai, est élaboré le brassin habituel de la Tigre Bock blonde actuelle, mais, après ébullition et fermentation, il est expédié en citerne de 1000 litres sur le site de la Fabrik Tigre Bock où il va être « travaillé » par les brasseurs Jérôme Lauth et Victor Blégé pour en obtenir différentes déclinaisons : la Non Filtrée, l’Extra Malt (après adjonction de malts torréfiés), l’Effet Weizen (sic…) aux arômes floraux et fruités d’une grande fraîcheur qui rappellent les Weiss bavaroises, et l’IPA, houblonnée au citra et mosaïc avec une belle amertume (une grande première pour Kronenbourg) qui reste toutefois accessible au plus grand nombre. S’ajoutera également une bière saisonnière, la première prévue étant celle de Noël, pour l’ouverture de l’établissement envisagée pour le 23 novembre prochain.

L’établissement, baptisé fort logiquement la brasserie du Tigre, est réparti en plusieurs espaces différents : le Petit Tigre à l’entrée, bar confortable où seront débitées les bières à la pression ; le Grand Tigre, vaste restaurant bien éclairé par la coupole Art Déco datant de 1933 qui a pu être conservée jusqu’à nos jours ; la grande terrasse extérieure prolongée par un espace clos, sorte de speakeasy appelé le Bling Tiger ; le caveau en sous-sol, voué à des concerts live. Enfin, la Cuisine du Tigre comporte deux imposants fours à bois où sont cuits toute une gamme de tartes flambées, salées et sucrées. D’après les Strasbourgeois présents à la présentation à la presse de l’établissement, ce sont déjà les meilleures de la ville en raison d’une pâte maison à la fois très goûteuse et très fine. Et les autres plats à la carte relèvent des meilleures traditions alsaciennes.

Encore un bon mois à patienter pour les Strasbourgeois avant de franchir les portes de ce Tigre qui devrait beaucoup faire parler de lui.

 

 

 

 

 

De g. à dr : Audrey Théveniaud (directrice de la marque Kronenbourg), Jérôme Lauth (brasseur de la Fabrik) et Geoffroy Lebold (gérant de la brasserie du Tigre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.