Heineken, l’atout 0.0

Le meuble Zéro Zone va être implanté dans 1250 magasins.

Pour sa traditionnelle conférence de presse de début d’année, Pascal Sabrié, PDG d’Heineken France, a annoncé que son entreprise allait miser davantage encore sur le sans-alcool, forte des bons résultats enregistrés en 2018 avec la Heineken 0.0, qui a  doublé en un an ses ventes et son taux de pénétration. D’ici la fin de l’année, elle sera d’ailleurs brassée en France, à Schiltigheim, et non plus importée des Pays-Bas, grâce à un investissement de 6 millions d’euros.

La principale information donnée par Pascal Sabrié est le lancement de l’Affligem 0.0, un véritable oxymore, car il n’existait pas jusqu’à présent – de mémoire de moine en tout cas – de bière d’abbaye sans alcool. Elaborée selon le même procédé qu’Heineken 0.0, soit un double brassage suivi d’une désalcoolisation par chauffage à basse pression, elle est brassée en Belgique et sera commercialisée dès avril uniquement dans le circuit GMS en packs de 6×25 cl. A la première dégustation, je l’ai trouvée plutôt sucrée et manquant d’amertume, mais j’y reviendrais plus longuement prochainement. En GMS comme dans le circuit CHD, toute une signalétique avec des meubles dédiés, sur le thème Zéro Zone, sera mise en place pour les différentes déclinaisons sans alcool de l’entreprise, dont l’Edelweiss givrée.

Heineken, qui se réjouit d’avoir de la croissance et surtout un taux d’innovation de 10,7 % par rapport à son chiffre d’affaires (soit deux points de mieux qu’en 2017) va réaliser de nouveaux lancements qu’a détaillé Annick Vincenty, directrice du marketing :

  • Desperados Ginger, au gingembre et au citron vert; pour tous les circuits,
  • Pelforth IPA (sans indication de degré ni d’IBU) au houblon frais, dans tous les circuits
  • Gueuze Mort Subite, dans tous les circuits
  • Lagunitas Maximus (une double IPA) et Daytime (session IPA) en GMS, et aussi en pression en CHD pour la seconde.
  • Brixton, une brasserie anglaise, avec une APA et une Pale Ale en boîte 33 cl pour le CHD, en quantités très limitées.

Mauvaise nouvelle par contre, la gamme des trois Wild Lager, lancée l’an dernier, n’est plus produite depuis le début de l’année, les ventes ayant été jugées « décevantes ». Si vous en trouvez encore dans vos magasins, n’hésitez pas, ce seront à coup sûr des collectors.

 

Pascal Sabrié et Annick Vincenty lors de la conférence de presse (Photos Maxime Prigent).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.