Les Epicurieux à la sauce américaine

Adam Dulye (Brewers Association) et Thibault Schuermans (Bière à Table) avec les bières de la soirée.

Pour le traditionnel dîner des Epicurieux qui fait l’ouverture de Planète Bière, c’est à nouveau le restaurant La Fine Mousse qui a réuni une cinquantaine de convives. Mais, cette fois, les bières provenaient des Etats-Unis, grâce aux efforts de la Brewers Association en charge de leur promotion, notamment en France. Au menu, toujours aussi créatif et signé de Victor Leclercq, que du bonheur et du plaisir avec le velouté de chou-fleur à l’huile de coriandre, l’oeuf mollet aux carottes et haricots mange tout, le merlu à la purée chaude d’avocat avec mangue verte et coriandre, et, après une mimolette vieille, une crème au chocolat et sa banane flambée caramélisée.

Côté bières, un peu de déception tout de même, et surtout des accords assez peu réussis. Après une göse à la clémentine de Two Roads… qui ne goûtait guère l’agrume (!), la lager au maïs de Wormtown accompagnait plutôt bien l’entrée, sans plus… Ensuite la Brut IPA de Sierra Nevada, malgré son allure de champagne, s’est révélée bien trop courte sur l’oeuf mollet et ses légumes. Quant à la Lucy Session d’Indeed, très lactique avec des notes de fruit de la passion, je cherche encore son échange avec le plat de merlu, car elle n’avait vraiment rien à lui dire. Et si l’Avarice & Greed à 9° de Road House avait de quoi dialoguer avec la mimolette, le porter Graham Cracker de Denver Beer, malgré son côté biscuité et sa dominante chocolat au lait, s’est complètement fait absorbé par la puissante crème au chocolat qui en a avalé tous les arômes.

Comme quoi, malgré des plats excellents et de bonne bière, on peut aussi rater bien des accords…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.