Objectif France pour Brewdog

Façade du BrewDog de Paris, dans le Marais.

Après l’ouverture d’un premier bar à Paris, puis d’un autre à Nice, le groupe écossais Brewdog poursuit son développement en France, son premier marché après le Royaume-Uni, en lançant un nouveau cycle de son financement participatif, « Equity for Punks ». En dix ans, ce système lui a permis de lever environ 75 millions d’euros auprès de 106 000 investisseurs, dont 1 300 en France. Toutes les sommes collectées dans l’Hexagone  serviront à y développer l’activité du groupe, avec en projets jusqu’à cinq nouveaux bars et surtout la création d’une brasserie en France.

Les investisseurs ont la possibilité de voter pour la ville dans laquelle ils souhaitent voir ouvrir un bar Brewdog, et disposent de plusieurs avantages : accès prioritaire à toutes les nouvelles, des réductions dans les bars Brewdog et sur la boutique en ligne, une invitation à l’assemblée générale, etc…

Créée en 2007 par James Watt et Martin Dickie, la brasserie Brewdog s’est rapidement fait connaître grâce à sa Punk IPA et à d’autres références bien houblonnées. Le groupe possède aujourd’hui 80 bars un peu partout dans le monde, exporte dans 60 pays, et comprend plusieurs brasseries, dont une, appelée Overworks et située également en Écosse, se consacre aux bières acides (sours) et aux levures sauvages.

Thomas Texier, gérant du BrewDog de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.