Innovations technologiques à Obernai

En août 2018, le groupe Carlsberg a lancé un plan d’investissement de cent millions d’euros sur le site Kronenbourg à Obernai, et, en 2021, plusieurs innovations technologiques d’importance y ont été mises en œuvre : houblonnage à froid, nouveaux fermenteurs et réduction de la consommation d’eau.

Pour le houblonnage à cru (dry hopping en anglais), Carlsberg a mis au point depuis 2015 une technique spécifique pour l’échelle industrielle, car la méthode artisanale consistant à immerger des sachets de houblon en fin de fermentation n’était guère adaptée. Or, le succès incontestable des bières très houblonnées, à la suite des India Pale Ale, obligeait l’industriel à pouvoir en disposer dans ses gammes. La méthode choisie consiste à un broyage sous vide des pellets de houblon dans un tank spécifique, de quoi obtenir « une extraction optimum des arômes du houblon, obtenant une huile riche en saveurs » selon Aurore Meyer, ingénieure process en charge des investissements. Les récentes 1664 French Style IPA et Hoppy Lager en sont l’illustration, plus aromatiques que franchement amères d’ailleurs, et qui sont en cours de rapatriement à Obernai.

Aurore Meyer et Marion Callerand devant le nouveau système d’houblonnage à cru. (Photo Maxime Prigent)
Tuyauterie complexe à la base du nouveau fermenteur (Photo Maxime Prigent).

D’autre part, ont été installés deux nouveaux fermenteurs cylindro-coniques de 2000 hl (pour un montant de 2,4 millions d’euros) qui ont pour particularité d’être équipé d’un système de tuyauterie qui introduit un mouvement dans la bière en fermentation. Le procédé exact est couvert par le secret industriel, mais il permet une gestion optimisée de la fermentation et du travail des levures. Pour Marion Callerand, ingénieure process en fabrication, « le fait de maîtriser le process de manière plus pointue nous sert à avoir toujours le meilleur profil aromatique possible. De cette manière il n’y a pas de changement drastique du profil sensoriel et la bière issue de ces fermenteurs aura toujours le meilleur profil désiré. »

Enfin, concernant la gestion de l’eau consommée par la brasserie, Obernai a réussi à diminuer les volumes utilisés de 20 % en deux ans, franchissant ainsi la barre fatidique des 4 litres d’eau pour obtenir un litre de bière. Il en fallait 4,94 litres en 2018, il n’en faudra que 3,76 litres en 2021. Un résultat obtenu par toutes une série d’actions sur le terrain réparties en trois catégories : Réduire, Réutiliser, Recycler. Ainsi, rien que pour le chapitre « Réduire », ce sont 160 000 m3 d’eau par an qui ont pu être économisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.