Pour un monde de la bière plus inclusif

Une pétition signée par une soixantaine de femmes travaillant dans la bière demande des actions concrètes pour que ce secteur soit « plus ouvert et égalitaire, réellement inclusif« , avec des revendications concernant toutes les formes de discrimination : sexisme, racisme, homophobie, lesbophobie, grossophobie, etc… Ces revendications portent sur les points suivants :

  • Une forme plus inclusive des annonces de la part des différents organismes en privilégiant les termes “brasseries” “secteur/milieu brassicole” à “brasseurs”.
  • La fin des bières aux noms et iconographies discriminantes et dégradantes.
  • Ne pas se contenter de la seule journée du 8 mars pour rendre les femmes plus visibles dans le secteur.
  • Mettre en place des formations sur les questions d’égalité et d’inclusivité pour guider les entreprises lors de cas de harcèlements sexistes et sexuels.
  • Mettre en place des chartes claires par les associations et organismes ayant un pouvoir politique fort, les faire signer à leurs adhérents et adhérentes et les afficher dans les différents lieux.
  • La création d’une procédure claire pour les entreprises en cas de problèmes de violences, de discriminations, de harcèlements, etc…

Enfin, les femmes (et toutes les personnes) du monde de la bière ne veulent plus travailler gratuitement (…) dans les conférences, les formations et les groupes de travail et doivent être rémunérées pour leurs compétences et leur expérience.

Le texte conclut : « Le secteur brassicole dans son ensemble doit montrer son soutien indéfectible auprès des femmes et des communautés marginalisées, les croire et les soutenir. Cela passe par la mise en place d’actions concrètes pour accompagner les victimes et prévenir au maximum les risques, tout en mettant fin à l’omerta qui règne dans le milieu. Nous ne voulons pas seulement être entendues : maintenant on passe à l’action« .

Le texte complet de la pétition – qui ne peut pas être signé par les hommes (!?!?) qui n’ont que le droit de le diffuser – se trouve sur le site : https://biereinclusive.tumblr.com/.

5 Commentaires

  1. Un pour stout, stout pour un

    ohhhhhhh bah non alors…. on ne pourra plus boire ni de quequette ni de levrette alors ???

    Et dans ce cas il faudrait aller encore plus loin et utiliser le pronom « iel » pour iel bière tant qu’à faire….

    Quand ça va trop loin… Faut dire stop au bout d’un moment et arrêter l’alcool MDR. Soyons tous Sam !!! enfin… Sam c’est pour Samuel ou Samantha ??? au risque de paraître « sexiste » encore une fois….

    Répondre
    1. Estelle

      Bonjour,
      Pouvez vous nous expliquer en quoi le fait que les femmes demandent à ne pas être invisibilisées vous dérange ? Juste pour comprendre, hein, serez vous impacté personnellement ? Dans quelle mesure ?

      Répondre
  2. Garlonn Kegourlay

    Ce n’est pas une pétition mais une lettre ouverte, signée par les concernées par les demandes portées dans le texte, donc par des femmes.

    Ce sont nos observations, nos réflexions, nos besoins qui sont portés dans ce texte que nous avons écrit avec notre expérience dans le milieu brassicole, que nous ayons 20 ans, 30 ans, 40 ans, 50ans ou 60 ans.

    Les hommes qui souhaitent soutenir notre démarche et soutenir le mouvement peuvent partager, en parler à leurs amies, soeurs, mères, filles, compagnes, collègues concernées. Ils peuvent aussi signer le plaidoyer de soutien anti-sexiste écrit par des hommes en mars 2020, il y a deux ans déjà: https://beer.be/dossier/plaidoyer-de-soutien-antisexiste/

    Et ils peuvent aussi recadrer leurs pairs quand ils se comportent mal dans les bars, les brasseries, sur les festivals.
    Ils peuvent lire la lettre en entier, chaque paragraphe et prendre des initiatives concrètes.
    Ils peuvent arrêter de faire semblant de ne pas voir qu’il y a des problèmes, ils peuvent nous lire, nous écouter quand nous nous exprimons plutôt que de nous dire qu’on leur « casse les couilles », que c’est du « pipi de chat » ou de ‘l’enculage de mouche », quand on a pu le lire ces dernières heures, ou plutôt que de faire ouin-ouin quand on les bloque de nos réseaux sociaux pour être tranquille, un peu.

    Bref, il s’agit ici de nos vies, de nos voix, et donc nos signatures.

    Vous avez 10 000 autres moyens de prendre votre place et d’agir. Soyez créatifs!

    Répondre
  3. Manu

    Mais pourquoi les hommes ne peuvent pas signer ? Si on veut soutenir, on doit pouvoir signer, non ?

    Répondre
    1. Un pour Stout, Stout pour Un

      C’est tout simplement du sexisme à rebours !

      Répondre

Répondre à Un pour Stout, Stout pour Un Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.