Les brasseurs très inquiets pour le bilan de 2022

Selon une enquête réalisée par la CPME avec Brasseurs de France et basée sur les réponses volontaires de 75 brasseurs, plus de 8 brasseries sur 10 disent être impactées par une augmentation des prix de leurs fournisseurs supérieure à 10 %, et 70 % rencontrent des difficultés pour s’approvisionner en matières premières et autres biens nécessaires à la production, en raison pour 98 % d’entre eux de difficultés liées au prix, 78 % aux délais de livraison et 71 % aux quantités disponibles. De plus, la part des entreprises ayant prévu de consacrer plus de 3% de leur chiffre d’affaires au coût de l’énergie atteint les 85% en 2023, contre 59% en 2022, et 29% en 2021.

Aussi, pour 6 entreprises sur 10, la hausse des coûts entraine une dégradation de leur trésorerie. La moitié d’entre elles recherche des solutions de financement auprès de leur banque, mais 3 sur 4 n’obtiennent pas de réponse satisfaisante. Et face au prochain remboursement du Prêt Garanti par l’État lors de la crise sanitaire, 17 % affirment avoir des difficultés à le faire et demandent un étalement des échéances sur 4 ans supplémentaires.

Alors, deux tiers des brasseries estiment que leurs résultats diminueront en 2022, et la moitié envisage un résultat négatif. Aussi , l’avenir proche s’annonce bien inquiétant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.